dimanche , mai 31 2020
Dernières Nouvelles
Vous êtes ici: Accueil / En un mot / un homme de 42 ans mort étranglé suite à une interpellation policière
un homme de 42 ans mort étranglé suite à une interpellation policière

un homme de 42 ans mort étranglé suite à une interpellation policière

l’interpellation musclée par la police parisienne ayant entrainé la mort de Cédric Chouviat, 42 ans père de famille, à la suite d’un banal contrôle policier contraint le parquet de Paris d’ouvrir une information judiciaire pour « homicide involontaire », confiée à un juge d’instruction. La famille, qui avait déposé une plainte avec constitution de partie civile, souhaitait que soient retenues des « violences volontaires ayant entraîné la mort », une qualification criminelle relevant de la cour d’assises.

Pour les avocats de la famille, les autorités ont tenté dès le début de l’affaire de dissimuler une « bavure policière » à travers leur communication, en niant tout lien de cause à effet entre la technique d’interpellation et le malaise cardiaque. Selon une source policière, les fonctionnaires avaient contrôlé le conducteur du scooter parce qu’il téléphonait. Celui-ci se serait montré « irrespectueux et agressif » et aurait insulté l’équipage au moment où il partait. Les agents auraient alors procédé à l’interpellation pour outrage à laquelle M. Chouviat aurait résisté, avant de faire un malaise cardiaque.

l’interpellation s’est déroulée, vendredi 3 janvier, à l’angle du quai Branly et de l’avenue de Suffren, à Paris, au cours de laquelle l’homme a fait un malaise cardiaque. Pris en charge par les agents, puis par les pompiers, ce père de cinq enfants avait ensuite été transporté en urgence à l’hôpital européen Georges-Pompidou, où il est mort deux jours plus tard.

Les résultats de l’autopsie, communiqués par le parquet de Paris mardi, font état d’une « manifestation asphyxique » avec une « fracture du larynx ». L’homme était encore muni de son casque de scooter au moment de son interpellation et de son plaquage au sol. Par ailleurs, un « état antérieur cardiovasculaire » a été détecté chez ce coursier de profession. Sa famille assure pourtant qu’il ne souffrait d’aucune insuffisance cardiaque connue et qu’il avait été autorisé médicalement à pratiquer le sport dix mois auparavant.

A propos de admin

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com