mardi , avril 7 2020
Dernières Nouvelles
Vous êtes ici: Accueil / En un mot / Syrie: Attaque chimique, à qui profite le crime ?
Syrie: Attaque chimique, à qui profite le crime ?

Syrie: Attaque chimique, à qui profite le crime ?

Mercredi 21 août, le monde a découvert des images horribles de cadavres de syriens morts asphyxiés, durant la nuit, dans la banlieue de Damas. C’est avec stupeur, et une grande tristesse que des syriens ont découvert ces morts, des centaines gisant sur le sol, la plupart dans leur maison. Ils ont été attaqués vers 3h00 du matin, par des missiles contenant des substances chimiques, “probablement” du gaz sarin selon des experts inconnus.

L’opposition syrienne accuse le régime de Bachar Al Assad d’être derrière ce terrible crime. Mais le régime syrien nie toutes les accusations contre son armée de l’usage de ces armes neurotoxiques. Mais si le gouvernement de Bachar Al Assad nie toute accusation, qui aurait pu commettre ce crime ? La question reste sans réponse mais toujours est-il que cette attaque aurait fait plus de 1 700 morts toujours selon l’opposition syrienne, mais le bilan reste encore incertain et varie selon les sources.

Selon la radio française Europe 1, Abou Ali, un médecin syrien qui aurait soigné une centaine de personnes mercredi dans un hôpital de la banlieue de Damas livre un témoigne terrible : « La plupart, c’étaient des femmes et des enfants. Ils sont arrivés en pyjama. Ils étaient tous en train de suffoquer, on n’arrivait pas à leur enlever leurs vêtements, ils étaient incontrôlables. Le plus dur, ça a été de faire le tri. J’ai vu les yeux d’un enfant demandant de l’aide à un de mes collègues qui ne pouvait plus rien pour lui. Il y avait des cas tellement graves, alors pour essayer de sauver les autres, y en a qu’on a dû laisser mourir. »

En deux ans de  guerre civile, plus de 1 000 000 personnes ont perdu la vie en Syrie, et le bilan humain ne fait que de s’alourdir. Plus d’un million de syriens ont été contraints de quitter leur pays pour trouver refuge dans les États transfrontaliers. Plus de deux millions de syriens se sont déplacés à l’intérieur du pays pour fuir la guerre, où trouver une ville plus sûrs.

Ce massacre qui a ôté la vie à beaucoup d’enfants et de femmes a créé l’indignation à travers le monde, les photos atroces de cadavres d’enfants gisant sur le sol dans leur linceul blanc, ne peuvent que nous bouleverser. Il est temps de se poser les bonnes questions : A qui profite le crime ? Pourquoi les médias de masse semble prendre position quant au régime de Bachar Al Assad sans même prendre la peine d’enquêter sur place en “oubliant” la déontologie journalistique.

Les médias traditionnels ont, pour l’essentiel, été remarquablement passifs lorsqu’il s’agit des sources syriennes: les nommant tout simplement « porte-parole officiel » ou « militants pro-démocratie », sans que la plupart du temps, leurs déclarations, leurs origines ou leurs connexions politiques ne soient vérifiées. 

Ce qui est clair avec cette attaque abominable, c’est un nouveau pas dans l’escalade de ce terrible conflit géopolitique qui a été franchi.

A propos de admin

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com