mercredi , juillet 15 2020
Dernières Nouvelles
Vous êtes ici: Accueil / Actualités / Les Belges en détresse
Les Belges en détresse

Les Belges en détresse

Le gouvernement belge, en l’occurrence les affaires étrangères que dirige le nouveau ministre Philippe Goffin, en remplacement de Didiers Reynders qui a préféré comme son ami Charles Michel quitter le navire pour des postes plus onéreux au sein de l’Europe, s’est montré dans l’incapacité totale de faire face au rapatriement de Belges bloqués à l’étranger. Des appels de secours demeurent sans suite. Les Belges se trouvant à l’étranger ne peuvent compter que sur eux mêmes.

Et lorsqu’on introduit le mot “rapatriement” sur un moteur de recherche apparaît en tête: Belges en détresse | Service public fédéral Affaires … Voici ce qu’on peut lire sur le site officiel des affaires étrangères dont le titre est significatif: “Vous vous retrouvez dans une situation de détresse à l’étranger. Votre premier réflexe doit être de chercher de l’aide auprès de personnes ou d’organismes à votre service: Votre famille, vos amis, votre employeurVotre tour opérateur ou compagnie de transportVotre assurance voyage (parfois offerte par la société de votre carte de crédit) – Votre mutualitéVotre banqueLes secours locaux (police, hôpitaux). Attention, vous ne pourrez pas bénéficier de l’assistance consulaire si : Vous avez une autre nationalité et vous vous trouvez dans le pays de cette autre nationalité.” Vous êtes considérés dans ce cas citoyen de seconde zone.

Les ambassades contactés dirigent les Belges en détresse vers ce site pour s’inscrire afin que celui-ci organise le rapatriement. Cependant les inscrits devront se contenter des SMS souvent hors contexte qui ne tiennent pas compte ni du lieu ni de la distance des aéroports annoncés ni même des capacités des avions. Puisqu’il semble que les affaires étrangères n’ont même pas de contact avec les compagnies aériennes autorisées à décoller notamment du Maroc qui a fermé son espace aérien. Le Belge inscrit se trouvant par exemple à Nador, nord du Maroc, reçoit un SMS tard dans la soirée lui annonçant un avion au départ d’Agadir à 10 heures 25, le lendemain, à plus de 1050 km. Mieux encore l’ambassade se contente de lui annoncer que “des places sont disponibles et que les billets doivent être retirés à l’aéroport”. Si vous prenez un taxe qui devra coûter plus de 400 euros rien ne vous garanti cependant que l’avion n’est pas complet puisque l’ambassade ne procède même pas à la réservation. Lorsque vous parvenez à trouver par miracle une place, par vos propres moyens, le prix à débourser est 5 à 7 fois le prix habituel. Le plus aberrant est que certains avions partent à moitié vide pour des raisons de désordre total et d’une gestion approximative des affaires étrangères profitant aux compagnies aériennes au dépriment des Belges en détresse en absence d’une diplomatie à la hauteur des impôts payés pour bénéficier d’une protection et d’aide basique lorsqu’il est nécessaire dans une crise telle que celle que traverse le pays.

A propos de admin

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com