mercredi , septembre 28 2022
Dernières Nouvelles
Vous êtes ici: Accueil / Points de vue / Maroc : le traitement des déchets
Maroc : le traitement des déchets

Maroc : le traitement des déchets

Bien sûr, il est toujours plus facile, mais nécessaire de décrire l’état lamentable dans lequel se trouvent nos villes et nos campagnes qui sont submergées par les déchets ménagers, mais il est encore plus difficile de faire des propositions, voire des préconisations pour venir à bout de ces derniers.

C’est pourquoi, j’ai cru opportun de mettre sous les yeux du lecteur de « Yanass » mon point de vue sur les difficultés de la gestion des déchets ménagers au Maroc. La première partie de ce point de vue va décrire la situation problématique de la gestion des déchets ménagers au Maroc. La deuxième, va parler des difficultés administratives sur lesquelles mon projet de traitement écologique des déchets ménagers a buté au Maroc.

Position du problème
La situation problématique des déchets ménagers solides et assimilés au Maroc s’articule grosso mode autour de trois points essentiels : les moyens financiers nécessaires à la gestion des déchets ménagers; la procédure administrative permettant le traitement de ces déchets; et enfin l’impact de ces derniers sur l’environnement et la santé publique.

Pour le moment, les obstacles principaux à la gestion des déchets ménagers et assimilés au Maroc ne sont nullement et aucunement objectifs, c’est-à-dire financiers et techniques, mais plutôt subjectifs, c’est-à-dire bureaucratiques et psychologiques.

Le problème des ordures ménagères n’est pas fatal comme le pense la majorité des autorités et des élus locaux et régionaux au Maroc. Il existe plusieurs filières de gestion et de traitement des déchets ménagers et assimilés : décharges sauvages, centres d’enfouissement technique, centres de bio gazage, centres d’incinération, centres de tri-recyclage-compostage.

La décharge « sauvage », c’est-à-dire non contrôlée représente un réel danger pour la santé des populations, pour les ressources en eau, pour les sols, pour les animaux et pour l’environnement en général, donc à proscrire. Toutefois, les autorités marocaines sont en train d’instaurer des lois proscrivant les décharges sauvages pour les réhabiliter et les remplacer par des C.E.T.

Le centre d’enfouissement technique (C.E.T) ou décharge contrôlée qui consiste à enfouir et recouvrir les déchets par une couche de matériaux après leur compactage.

Le bio gazage et l’incinération sont des filières extrêmement coûteuses qui requièrent des équipements spéciaux et onéreux, et des technologies très pointues ; d’autant plus qu’au Maroc le faible pouvoir calorifique des déchets ménagers (environ 1000Kcal/kg) et leur teneur élevée en eau (60 à 70%) les rend inaptes au traitement par incinération.

Enfin, le tri-recyclage-compostage est pour le moment le procédé qui correspond le mieux au traitement des déchets ménagers et assimilés au Maroc (voir plus loin).

C’est pourquoi, à la suite de notre participation au salon international qui avait eu lieu durant le mois d’octobre 2011 à Casablanca et où nous avions fait un exposé sur ce procédé, je me suis rendu dans plusieurs communes rurales et urbaines au Maroc pour m’en entretenir avec les autorités et les élus locaux et discuter avec eux les propositions relatives à la problématique des déchets ménagers et assimilés. Toutefois, j’ai pu constater que bon nombre de ces responsables communaux et régionaux se retranchent, par fatalisme, par incompétence ou mauvaise foi, derrière des règlements et des procédures administratives qui sont d’ailleurs bureaucratiquement fastidieux. Ainsi, tout le monde se renvoie la balle, pendant que les déchets municipaux et autres qui continuent à submerger les villes et les campagnes connaissent un énorme gaspillage de leurs produits recyclables et de leurs fractions organiques et vertes qui pourront donner un excellent compost dont le Maroc a besoin.

Au Maroc, toutes les grandes les villes jettent ou enfouissent annuellement des centaines de milliers de tonnes par an de déchets verts. Quel gâchis ! Donc, c’est aux pouvoirs législatifs et exécutifs de revoir le cadre législatif actuel pour mettre en place de nouveaux décrets et procédés réglementaires souples, mais pragmatiques, permettant ainsi une gestion plus efficace des déchets ménagers et assimilés au Maroc.

dechet rabat

Déchet au cœur de la capitale du Maroc

Le tri-recyclage-compostage
Il est à signaler que 70% de déchets ménagers solides et assimilés au Maroc sont d’origine organique. D’où le procédé le plus recommandé pour le Maroc est celui de tri-recyclage- compostage (déchets de cuisine, de marché, feuilles, herbes, tailles de jardins, morceaux de bois…). Il est moins coûteux, utilise moins d’énergie, offre la flexibilité d’un bon dosage entre le niveau de mécanisation, la quantité de déchets à composter et l’emploi de la main d’œuvre. Il donne par ailleurs droit à des crédits carbones.

C’est un processus qui consiste à valoriser un maximum d’éléments recyclables issus des déchets. A cette fin, chaque élément recyclable (papier, carton, verre, métaux, plastiques, tétra-briques, etc.) est séparé et est conditionné afin de recevoir un traitement adapté et ainsi pouvoir être réintégrés dans le marché économique. La matière organique (la composante la plus importante) est compostée, puis tamisée et débarrassée des intrus.

Toutes ces étapes sont contrôlées afin d’obtenir un produit compost de très bonne qualité. De cette manière, 50 à 60% du volume des déchets solides municipaux sont récupérés et réinsérés sur le marché en générant des ressources précieuses et en diminuant le volume des déchets mis en décharge (seulement 10 à 15% d’ultimes) ; d’où utilisation de plus petites surfaces de terrain dans la décharge pour le stockage définitif du sous produit final ou inerte.

Le compostage permet d’éviter définitivement la formation de méthane, gaz explosif et à effet de serre hautement plus polluant que le gaz carbonique (CO2) et de limiter la production du lexiviat qui est un liquide noirâtre polluant les sols, les nappes phréatiques, les lagunes et les cours d’eau, au risque de rendre l’eau non potable. Le lexiviat favorise également le développement des maladies transmissibles (moustiques, bactéries, virus, etc.) et dégage une odeur nauséabonde. Les eaux résiduelles (pluies,…) sont récupérées dans un bassin et traitées. Les sites de traitement sont clôturés et le processus est contrôlé, ce qui évite la prolifération des éléments nuisibles.

Le compostage qui est un processus naturel par lequel les matières organiques sont décomposées et transformées par des micro-organismes, aboutit au bout de 8 à 12 semaines à un amendement organique de qualité respectueux des sols et ce, indépendamment des conditions climatiques : le compost.

Par ailleurs, la capacité des centres de tri-recyclage-compostage peut être adaptée en fonction des besoins. Ces centres peuvent également traiter différents types de déchets ménagers tels que les déchets agricoles, les déchets issus de l’industrie agroalimentaire, les terres polluées et contribuent à la réhabilitation des décharges.

Le compost peut avoir une multitude d’applications : d’abord comme structurant des sols et amendement pour la reforestation, les terres appauvries en matières organiques, les zones asséchées, les versants victimes d’érosion ; puis comme fertilisant organique pour l’agriculture, ensuite comme engrais biologiques pour les espaces verts; et enfin comme remblais stable et aseptisé pour la construction, les recouvrements de décharges, etc.

En faisant une étude préliminaire des besoins locaux, il est aisé de trouver les débouchés potentiels du compost. Ce dernier peut être destiné aussi à l’exportation.

En guise de conclusion
Le tri-recyclage-compostage est un procédé simple, écologique, économique et offre divers avantages par rapport aux autres techniques de traitement des déchets ménagers. Il utilise moins de terrain que l’enfouissement et nécessite moins de capital que l’incinération et le bio gazage pour une capacité comparable. Son produit principal, le compost organique promeut l’agriculture locale, réduit l’utilisation des engrais chimiques, améliore la qualité des sols et la productivité agricole.

De même, l’usine de compostage améliore les conditions sanitaires des populations en évitant la production de gaz à effet de serre, la pollution des eaux souterraines. Elle permet la prolongation de la durée de vie de la décharge et donne droit à des crédits carbone et ce, dans le cadre du protocole de Kyoto.

Ainsi, sophistication n’est pas synonyme de qualité, et transfert de technologie n’est pas synonyme de « copier-coller ». Pour mener à bien la gestion et le traitement de ses déchets ménagers, le Maroc n’a pas besoin d’importer toujours du matériel lourd, inadapté, et extrêmement onéreux, car le marocain en est capable sans pour autant recourir à des technologies sophistiquées et pointues. C’est d’abord et avant tout une question de volonté politique. A suivre…

Pour de plus amples informations, le lecteur pourra contacter le bureau d’études de santé publique à l’adresse courriel suivante : r.d505686@hotmail.fr

A propos de admin

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com