mercredi , janvier 29 2020
Dernières Nouvelles
Vous êtes ici: Accueil / En un mot / Le sex et la justice avec Bruel, Darmanin, Hulot, Ramadan…
Le sex et la justice avec Bruel, Darmanin, Hulot, Ramadan…

Le sex et la justice avec Bruel, Darmanin, Hulot, Ramadan…

Depuis quelques semaines le chanteur Patrick Bruel est citée dans la presse pas pour ses concerts mais pour harcèlents sexuels. Plusieurs femmes ont porté l’affaire devant la justice. La chaîne publique France 3 a réservé une émission spéciale pas pour ses excès sexuels et agissements déplacés mais pour faire la promotion de la vedette.

Sous le titre “Bruel entre les lignes”‘ une émission spéciale de promotion à l’occasion de ses 40 années de scène lui a été réservée. La chaîne n’a pas jugé nécessaire de décaler la diffusion de l’émission qui était selon la chaîne tournée avant que l’affaire d’harcellements éclate. Le ministre Darmanin, accusé aussi d’harcellements a bénéficié des mêmes faveurs confirmées par les juges. Un autre ministre de Macron Nicolas Hulot, démissionné depuis pour icompatibilite avec le président, ne s’est pas non plus plus inquiété malgré les plaintes.

Une autre célébrité a quant à elle payé les pots cassés. Elle explique dans une vidéo :

On sait aujourd’hui, à l’étude du dossier, que tout ce qui concerne les viols ou les accusations de viols est entrain de s’effondrer.. Ce qui reste aujourd aux juges est une nouvelle notion: la notion de “l’emprise”. Toutes ces femmes auraient certes pu être consentantes, mais “sous emprise“.-Emprise psychologique religieuse… selon ses accusateurs-. Et on donne une nouvelle définition, une extension sémantique à la notion d’emprise quand cela concerne Tariq Ramadan : une femme pour être violée avec son consentement à l’opposé de la restriction sémantique que l’on donne dans le cas du ministre Darmanin en disant: quand l’homme ne sait pas que la femme ne veut pas, ce n’est pas un viol. Donc il y a ici une nouvelle définition. Et là il faut que l’on s’arrête à ce qu’on a dit parce qu’on a parlé “d’emprise”.

Tariq Ramadan réfute toutes les accusations dont il est victime et lui ont valu plusieurs mois derrière les barreaux de la République et un procès en attente.

Il explique que “la vraie “emprise” “sur les femmes que lui reproche les juges et les médias de masses est celle des médias notamment sur les juges qui ne sont plus autonomes. Il y a une “emprise idéologique” sur le système judiciaire qu’il faut dénoncer, emprise sur le médias contrôlés par des milliardaires. Souvent des pauvres, des Arabes, souvent des Noirs, des minorités stigmatisés.”

A propos de Ya Yanass

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com