samedi , janvier 25 2020
Dernières Nouvelles
Vous êtes ici: Accueil / Actualités / Carlos Ghosn lâché par la France et lui réplique je n’attends rien de toi
Carlos Ghosn lâché par la France et lui réplique je n’attends rien  de toi

Carlos Ghosn lâché par la France et lui réplique je n’attends rien de toi

Le journal Le monde comme d’autres grands médias français ne font pas de cadeau à l’ancien patron de Renault-Nissan-Mitsubishi, le plus performent de l’histoire du constructeur semi-étatique Renault, depuis sont incarcération par les procureurs japonais. Dans son éditorial ce dernier qui ne trouve rien à dire au diktat de ces procureurs qui obtiennent 99,4% de condamnations prenant part à leur défense et met en cause celle de Carlos Ghosn: “D’abord, quelle crédibilité accorder à un homme qui s’est soustrait à la justice dans des circonstances plus que douteuses en faisant appel à des hommes de main au passé sulfureux payés plusieurs millions de dollars ? L’argent achète tout : une liberté de fugitif, la possibilité de réclamer où l’on veut être jugé, écarter systématiquement les éléments à charge, dénoncer ses accusateurs alors qu’ils ne peuvent pas lui répondre, choisir les journalistes qui ont le droit de lui poser des questions. Clamer son innocence dans ces conditions est un exercice aléatoire.

Pour rappel 150 journalistes étaient invités à la conférence dont 4 importants médias japonnais, plusieurs journalistes français ont obtenu des interviews: France Inter, le Quotidien sur TMC et d’autres. L’ancien PDG parle de connivences entre des anciens responsables de Nissan et le système judiciaire nippon qu’il accuse d’être “partial” et de ne pas respecter la présomption d’innocence. “Je n’ai pas fui la justice, je me suis libéré de l’injustice et de la persécution politique”, avait-il justifié, une fois arrivé au Liban. 

Le journal français ajoute: “‘Des documents illisibles ont bien été projetés à l’auditoire. Des explications alambiquées sur une affaire financière aux dimensions multiples ont bien été tentées. Mais force est de constater qu’aucun élément nouveau n’a émergé. Tout le monde en a pris pour son grade. Les conseils d’administration, pourtant peu regardants sur sa gestion pendant toutes ces années. Ses successeurs : des incapables, qui ont raté l’immanquable, alors que la fusion avec Fiat Chrysler leur tendait les bras ; le gouvernement français, pointé pour son manque d’empathie et ses maladresses. « Il n’y a plus d’alliance [entre Renault et Nissan] », a-t-il conclu. « Après nous le déluge », aurait dit Madame de Pompadour.

Mais les chiffres que le monde ne cite pas donne raison à Carlos Ghosn qui parle de 25 millions de dollars de perte par jour du groupe depuis son arrestation. Ce que confirme l’analyse de BFM: “Une estimation conforme à la réalité, selon un calcul effectué par BFM Bourse. Les titres de Renault et de Nissan valaient en effet 64,50 euros et 1010 yens le 16 novembre 2018, contre 42,60 euros et 636,10 yens respectivement fin 2019. Soit une dévalorisation de 6,476 milliards d’euros dans le cas du groupe français et 1.578 milliards de yens (environ 14,5 milliards de dollars) pour le constructeur nippon en l’espace de 409 jours calendaires. En retenant un peu moins de 300 jours ouvrés, cela revient à une dépréciation de 22,16 millions d’euros en moyenne journalière pour Renault et de l’équivalent de 49 millions de dollars en moyenne pour Nissan.”

A propos de admin

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com