dimanche , février 18 2018
Dernières Nouvelles
Vous êtes ici: Accueil / En un mot / Tariq Ramadan maintenu en détention malgré son alibi
Tariq Ramadan maintenu en détention malgré son alibi

Tariq Ramadan maintenu en détention malgré son alibi

Le juge décide de maintenir le théologien Tariq Ramadan en prison, ceci malgré une sombre affaire concernant une pièce maîtresse versée au dossier par les avocats du prévenu, mystérieusement égarée au parquet de Paris avant de réapparaître très tardivement.
Il s’agit d’une réservation de billet d’avions, qui contredit les déclarations de l’une des plaignantes accusant l’islamologue de viols, n’a étrangement pas fait l’objet de vérifications.
C’est un élément embarrassant dans l’enquête sensible visant Tariq Ramadan, mis en examen pour viols et placé en détention provisoire, prolongée suite au débat qui s’est déroulé devant le juge des libertés et de la détention (JLD), ce mardi.
Selon les informations publiées dans la presse française, « un document important pour la manifestation de la vérité s’est mystérieusement égaré au parquet de Paris avant de réapparaître très tardivement. »
Il s’agit de la réservation du billet d’avion entre Londres et Lyon pris par l’islamalogue le 9 octobre 2009, dont l’arrivée était à l’aéroport de Lyon Saint-Exupéry était à 18h35, mettant en cause les déclarations de son accusatrice qui explique avoir été violée «dans l’après-midi».

Dénonçant un «défaut de communication» qui porte «gravement préjudice à Monsieur Ramadan», ses avocats demandent à la Garde des Sceaux  la saisie de l’Inspection générale de la justice.

Selon Le parisien,  la réservation d’avion fait partie d’une note adressée le 6 décembre dernier par les avocats de Tariq Ramadan à la section P20 du parquet de Paris, c’est-à-dire la section chargée de diriger l’enquête préliminaire ouverte le 20 octobre dernier. Dans un e-mail du 7 décembre, le service de l’accueil et du bureau d’ordre pénal du parquet accuse pourtant réception de la note, précisant que le courrier «a été transmis au service compétent».

Alors que le théologien est placé en garde à vue mercredi dernier, ses avocats s’étonnent qu’à aucun moment les enquêteurs du 2e district de police judiciaire (DPJ) ne l’interrogent sur son alibi. Et pour cause : ils ne savent pas de quoi il retourne. En urgence, Mes Bouzrou et Granier envoient un courrier au parquet de Paris pour obtenir des explications. Les policiers en font manifestement de même comme en atteste un procès-verbal rédigé jeudi après-midi par une capitaine du 2e DPJ : «Sommes avisés électroniquement par Madame L. de la réception d’un courrier adressé par Me Bouzrou au parquet de Paris en date du 6 décembre 2017. Madame L. nous indique que la section P20 n’a jamais été destinataire de ce courrier, sans raison connue».

La perte temporaire de la note n’est donc pas contestée. Le procès-verbal décrit ensuite le contenu de ce courrier vieux de près de deux mois. La réservation du billet d’avion fait enfin son entrée dans la procédure le 1er février à 15h45, à quelques minutes seulement de la confrontation entre Tariq Ramadan et son accusatrice. L’islamologue sera mis en examen et incarcéré le lendemain à l’issue de sa présentation devant les juges d’instruction sans que ce fameux alibi ne soit vérifié. Contacté, le parquet de Paris «ne souhaite pas faire de commentaire».

A propos de Ya Yanass

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

*