jeudi , avril 19 2018
Dernières Nouvelles
Vous êtes ici: Accueil / Actualités / Syrie: Frappes dérisions
Syrie: Frappes dérisions

Syrie: Frappes dérisions

Une «fessée», «un pet de coq»

Les uns attendaient avec beaucoup d’espoir ces timides frappes destinées nous dit-on à détruire l’arsenal chimique au moins  du dictateur de Damas, les autres, « Chabiha » partisans et agents de tout genre du régime célèbrent leur victoire et parlent de résistance contre l’Occident.
 Les frappes américano-franco-britannique sur les cibles du régime syrien ont été accueillies essentiellement par la dérision par les opposants et réfugiés en Europe.

«Trois grandes puissances pour quelques minutes et quelques missiles !», regrette un internaute sur Facebook. «La déclaration de Trump à la télévision a duré plus longtemps que les frappes», note Karam Al-Masri, jeune photographe qui avait couvert la bataille d’Alep pour l’AFP fin 2016 et est aujourd’hui réfugié en France, qui poursuit : «On a veillé toutes les nuits pendant une semaine pour une frappe de quelques minutes».

Outre la rapidité des attaques, leur inoffensivité est soulignée compte tenu de la nature et du nombre limité des cibles touchées par les missiles. «Tous les lieux avaient été vidés de leurs hommes et matériel depuis quelques jours», indique un syrien de Damas informé bien qu’en exil dans un pays du Golfe. Une «fessée», «un pet de coq», selon divers commentaires sur les réseaux sociaux, «la petite frappe des Grands», est souvent ridiculisée par ceux qui espéraient apparemment qu’une plus grande correction soit infligée au régime syrien. Plusieurs internautes soulignent qu’il s’agit d’une «opération pour sauver la face», de ceux qui ont signifié des lignes rouges et brandies les menaces.

 

 

A propos de Ya Yanass

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

*