vendredi , novembre 24 2017
Dernières Nouvelles
Vous êtes ici: Accueil / International / Remaniement «gouvernemental» la semaine prochaine
Remaniement «gouvernemental» la semaine prochaine

Remaniement «gouvernemental» la semaine prochaine

Le remaniement ministériel revient sous le feu de l’actualité, après avoir été évoqué avec insistance depuis le fameux scandale de la pelouse du complexe Moulay Abdellah. «Le Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, annonce la possibilité d’un remaniement gouvernemental la semaine prochaine», rapporte Akhbar Alyaoum, dans son édition de ce weekend.

 

Selon la même source, Abdelilah Benkirane a évoqué la possibilité de ce remaniement lors d’une réunion du secrétariat général du Parti Justice et développement (PJD), jeudi 7 mai à Rabat, sans toutefois préciser quels ministres seraient concernés par ce remaniement.

 

Reste à savoir quelle forme prendra ce remaniement. Akhbar Alyaoum, qui en réfère à des «sources spéciales», évoque un remaniement «très restreint», qui pourrait concerner un seul ministère, outre le département de la Jeunesse et des sports, dont le titulaire, Mohamed Ouzzine, a été limogé le 7 janvier suite au scandale du stade Moulay Abdellah, à Rabat.

Seulement voilà, il conviendrait de parler, dans ce cas, de remaniement «technique» et non, comme le rapporte Akhbar Al Yaoum, de remaniement «gouvernemental» qui, comme son nom l’indique, impliquerait la modification de la composition même du gouvernement.

 

Autre point inscrit à l’ordre du jour de la réunion du secrétariat général du PJD, les appels lancés par l’opposition à la «démission» d’Abdelilah Benkirane. D’après Akhbar Al Yaoum, ces appels ont été qualifiés d’ «étranges» par Abdelilah Benkirane, qui a incité l’état-major de son parti à faire preuve de ténacité pour affronter «toute forme d’autoritarisme qui constitue une menace réelle pour l’Etat».

 

«Nous refusons de nous soumettre au chantage et de nous entraîner dans des batailles marginales», a déclaré le SG du PJD, qui a démenti l’existence d’une « crise politique ou institutionnelle ». «Si crise devait y avoir, ce serait au sein des partis de l’opposition, qui essaie de donner à des divergences politiques somme toute banales des proportions alarmantes dans le seul but de montrer qu’il y a une crise », a expliqué le chef du gouvernement.  

A propos de

Un commentaire

  1. Un remaniement qui date depuis des semaines et commence a agacer le peuple marocain comme d’ailleurs la demission de Benkarane qui n’aura jamais lieu avant les elections prochaines …

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

*