dimanche , mars 24 2019
Dernières Nouvelles
Vous êtes ici: Accueil / En un mot / Pourquoi des présumés terroristes sont systématiquement abattus par les forces de l’ordre?
Pourquoi des présumés terroristes sont systématiquement abattus par les forces de l’ordre?

Pourquoi des présumés terroristes sont systématiquement abattus par les forces de l’ordre?

Pourquoi des présumés terroristes sont systématiquement abattus par les forces de l’ordre? Une question que posent certains observateurs et revient fréquemment sur les réseaux sociaux. En Égypte les soldats du général Al-Assissi vont plus loin, ils simulent des attaques pour abattre des « suspects », souvent fidèles au président élu Mohamed Morsi. Pour les besoins de la propagande et répandre la terreur des mises en scène inspirées de mauvais films dont l’Égypte est leader sont diffusées sur les bouquets de télé financés par les dollars saoudiens arrosant le monde arabe.

Chez nous les forces de l’ordre n’abattent sûrement pas des innocents mais à chaque attaque, dite terroriste, les suspects sont fusillés. En janvier 2015 lors de la prise d’otages de l’Hyper Cacher ; en juin 2016 à Magnanville ; le mois suivant à Nice ; en mars 2017 à Londres ; en octobre 2017 à Marseille ; en mars 2018 à Trèbes ; en mai 2018 à Liège, dont la révélation de la RTBF prouve que les tirs d’amis policiers étaient plus sanglants que ceux du suspect, et à Vérviers, lors d’un attentat déjoué selon les autorités, en janvier 2015, en décembre à Strasbourg (photo), et dans de nombreux autres cas.

On nous dit que les suspects sont généralement tués lors d’un échange de tirs et la doctrine djihadiste, semble-t-il , prévoit qu’après avoir perpétré leur attaque, les auteurs, s’ils sont encore en vie, fassent un maximum de victimes parmi les forces de l’ordre au prix de leur propre vie, ce qui complique toute tentative d’interpellation.

Mais les gens s’interrogent et n’hésitent pas à remettre en cause les thèses officielles qui sont souvent maladroitement présentées au public. Dans un article du journal Le monde, qui pose la même question mais précèdée de NON, on cite le cas du suspect Salah Abdeslam qui n’a pas été abattu à Bruxelles rue des Quatre vents lors de son arrestation, ce que le journal français ne précise pas c’est que le suspect est sorti de sa piaule désarmé et devant un grand public qui assiste à la scène, ce qui n’a d’ailleurs pas empêché les policiers de lui tirer dessus.

Abdelhamid Abaaoud, tué le 18 novembre 2015 à Saint-Denis. Au total 5.000 balles sont tirées par le RAID, comme l’avait révélé le journal Le Figaro, se basant sur des rapports de police. Or ni Abaaoud, ni sa cousine, Hasna Ait Bouhlacen, également retranchée dans l’appartement fourni par Jawad Bendaoud, n’ont été atteints par les tirs des policiers, révèle Le Monde qui précise que selon le rapport d’autopsie, la cousine est morte « asphyxiée » sous les décombres. Les autorités justifient ce raid disproportionné par la présence de ceintures d’explosifs et de bombes, actionnées par les suspects selon les mêmes sources, sauf que selon les images la façade de l’immeuble ne représente aucun impact d’explosion!!!

A propos de Ya Yanass

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

WP Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com