Donald Trump confirme la démission de son ambassadeur aux nations unies Nikki Haley qui était présente à la Maison blanche. Un faucon qui s’en et un autre arrivera sans doute.

Dès son arrivée en janvier 2017 au poste d’ambassadrice de son pays aux nations unies, elle a manifesté son hostilité aux Palestiniens et a tenu une forte position pro-israélienne, elle s’est notamment impliquée sur le dossier du transfert de l’ambassade américaine à Jérusalem, sans parvenir à obtenir un soutien quelconque au sein des Nations unies.

Son départ du Conseil de sécurité au moment où l’ambassadeur palestinien, Riyad Mansour, prenait la parole pour appeler à une aide internationale pour son peuple, le 15 mai 2018 prouve son soutien inconditionnel à l’occupation des territoires palestiniens.

Elle a également supervisé la sortie des Etats-Unis du Conseil des droits de l’homme de l’ONU, en juin 2018.

Elle avait occupé le devant de la scène diplomatique américaine, profitant de l’effacement médiatique du secrétaire d’Etat de l’époque, Rex Tillerson. Elle est apparue davantage en retrait depuis que le département d’Etat a été confié à Mike Pompeo, un responsable politique très proche de Donald Trump.

Les Etats-Unis ont bloqué à plusieurs reprises, ces derniers mois, des résolutions condamnant la politique israélienne vis-à-vis des territoires palestiniens occupés.