lundi , septembre 24 2018
Dernières Nouvelles
Vous êtes ici: Accueil / En un mot / Mondial 2026 un échec cuisant de la diplomatie marocaine
Mondial 2026 un échec cuisant de la diplomatie marocaine

Mondial 2026 un échec cuisant de la diplomatie marocaine

Les délégués des fédérations nationales membres de l’instance planétaire de la Fifa ont plébiscité la candidature américaine avec 134 voix contre seulement 65 pour le Maroc. Un échec cuisant pour la diplomatie marocaine. Le royaume chérifien, qui n’a pas fait le plein de suffrages en Europe et encore moins en Afrique, n’est pas parvenu à conjurer la malédiction qui le frappe, écrit le Monde. C’est la cinquième fois que le Maroc est battu lors d’attribution des Coupes du monde; 1994, 1998, 2006 et 2010.

Le choix des hommes en est  probablement la cause principale. Ils obéiraient à certains critères internes peu crédibles et non productifs sur la scène diplomatique. Il ne suffirait pas d’exposer des plans et des maquettes de terrains futuristes et d’infrastructures potentiels. En 25 ans, depuis la première candidature, le Maroc avait largement le temps de se conformer aux règles imposées par la Fifa.

Les médias officiels marocains orientés par l’agence officielle de presse (MAP) -dont la vision du monde est figée depuis sa création il y a soixante ans- nous bassinent à propos de la fraternité maroco-saoudienne, et les liens indéfectibles entre les deux peuples. Les mêmes médias se sont montrés euphoriques à l’égard de « solides » relations africaines depuis l’intégration du Maroc l’Unité africaine. Il en est rien.

Onze pays africains n’ont pas voté pour le Maroc à  la Fifa : la Guinée, la Namibie, le Liberia, le Lesotho, le Mozambique, le Bénin, le Botswana, le Cap-Vert, l’Afrique du Sud, la Sierra Leone et le Zimbabwe. Une division qui aura coûté cher au Maroc.

Quant aux « Frères de l’Arabie » ont fait mieux. Ils ont fait du lobbying en faveur de la candidature américaine et persuadé six autres pays arabes à voter américain. « Riyad ne s’est pas contenté de voter contre le Maroc, il a aussi mené une intense campagne dans le Golfe et en Asie », avance un bon connaisseur du dossier, qui voit à cela plusieurs raisons : « C’était une façon de s’opposer au Qatar [avec lequel l’Arabie saoudite a un contentieux politique], qui avait déclaré son soutien au Maroc. Mais c’est aussi dû aux pressions économiques venues des Etats-Unis. »

« Cela serait dommage que les pays que nous soutenons en toutes circonstances fassent campagne contre la candidature américaine. Pourquoi soutiendrions-nous ces pays quand ils ne nous soutiennent pas (y compris à l’ONU) ? », avait ainsi tweeté Donald Trump, le 26 avril, dans une menace claire aux potentiels réfractaires. Le vote anti-Trump, sur lequel les artisans de la candidature marocaine avaient misé, mettant en avant le Maroc comme « pays d’ouverture et de tolérance », n’aura pas eu lieu.

Quelques dizaines de millions d’euros ont été dépensés pour « vendre » cette candidature. Aucun chiffre officiel. En plus de multiples cabinets locaux de conseil, de communication, d’experts.., deux agences internationales de communication spécialisées dans le sport ont été mandatées par Rabat, dont le géant Vero Communications, qui avait mené la campagne victorieuse du Qatar à l’organisation du Mondial 2022. Tour cela n’aura servi à rien.

A propos de Ya Yanass

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

WP Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com