vendredi , novembre 24 2017
Dernières Nouvelles
Vous êtes ici: Accueil / Actualités / Maroc: spoliation de biens immobiliers
Maroc: spoliation de biens immobiliers

Maroc: spoliation de biens immobiliers

Le ministère de la Justice marocain a ordonné une enquête sur les accusations de deux journaux au sujet de l’affaire de spoliations immobilières de biens de marocains de l’étranger et d’étrangers à Casablanca.

La réaction du ministère fait suite, selon un communiqué,  à un article publié par le journal Al Osbouaa Assahafi dans son numéro du 27 février 2014 sous le titre “Est-ce qu’une force occulte est intervenue pour sauver les victimes de la justice?” et à un autre article du quotidien Al Ittihad Al Ichtiraki (le 11 mars 2014) qui titrait en Une “quelle est la position du ministre de la Justice face aux interventions d’une force occulte dans le processus judiciaire?”.
Les deux articles en question évoquaient une affaire de spoliation immobilière qui a fait beaucoup couler d’encre dernièrement, aussi bien au Maroc qu’à l’étranger. Une bande d’une dizaine de personnes est accusée de s’être approprié des dizaines de biens immobiliers, à Casablanca,  appartenant à des étrangers ou des MRE.

Lire aussi: Casa: MRE et étrangers victimes de spoliations immobilières

Pendant plus de 10 ans, les plaintes pour spoliation se sont accumulées contre deux trafiquants de drogue, Mustapha  Him et Belkacem Laghdaiche (condamnés en France) mais aussi contre un notaire, des avocats, et un conservateur…
Leur modus operandi?  Une personne, qui se présente comme l’héritier, le représentant légal ou le propriétaire du terrain ou du bien, vend le terrain (à un prix bien inférieur au marché) à Him/Laghdaïche ou à l’un de leurs associés. Le notaire et le conservateur -qui inscrit la vente et procède à la mise à jour du titre foncier- sont toujours les mêmes. D’ailleurs, les mêmes noms reviennent encore et encore. Une dizaine de personnes qui sont tour à tour témoins, héritiers, acheteurs.
Mais malgré l’accumulation des plaintes, la justice ne bouge pas. Il aura fallu que les victimes créent une association, que l’affaire soit largement médiatisée (au Maroc et à l’étranger) et que la diplomatie s’en mêle pour le premier procès (l’affaire de la villa « Rêve de Crabe ») soit instruit: et le 12 février dernier, les accusés ont écopé de lourdes peines de prison.

Lire aussi:  Mafia immobilière à Casa: premier verdict, première victoire

Pourquoi a-t-il fallu attendre si longtemps pour que la justice fasse son travail?  Y’a-t-il eu « intervention d’un pouvoir occulte » évoqué par les deux journaux arabophones?
C’est ce que le ministère de la Justice annonce qu’il veut découvrir afin de « prendre les mesures légales nécessaires à la lumière des résultats de cette enquête”.

A propos de admin

Un commentaire

  1. Cher Messieurs bonjour.
    Je suis mandataire d’une famille française propriétaire de 2 sociétés au Maroc mise en liquidation judiciaire depuis 1957 à ce jour. Les biens immobiliers des 2 sociétés ont été spolies par les pirates depuis 1996 et 2000.
    Les plaintes qu ont été déposées contre les malfaiteurs sont restes en instance. Sans résultat
    Actuellement nous attendons la proclamation de jugement sur la partie civile.
    Donc , comment vous pouvez nous aidez à récupérer ces biens spolies.??? Contre Quoi???
    Merci, j’attends votre réponse

    .

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

*