vendredi , novembre 24 2017
Dernières Nouvelles
Vous êtes ici: Accueil / En un mot / L’Egypte ce n’est la France!
L’Egypte ce n’est la France!

L’Egypte ce n’est la France!

L’Égypte ce n’est la France déclare fièrement le général Al-Assissi  lors de sa dernière visite à Paris. Il y avait de quoi être fier surtout qu’il a le soutien total de son collègue Macron qui s’est mis avec beaucoup de plaisir à sa place et s’est vu un moment entrain de torturer  ses opposants jusqu’à la mort, réprimer et écraser avec ses chars, de préférence made in France, les mouvements de contestations sur la place Rabaa et ailleurs. Le président Macron s’est vu un moment le nouveau pharaon d’Egypte et de France réunies. Vive la république de la décadence, s’écria un activiste égyptien.

La société égyptienne est au bord de l’explosion. La misère frappe la grande majorité d’égyptiens. La répression militaire n’épargne personne, même pas ceux qui ont appelé à se soulever à la demande de l’armée contre le premier président élu démocratiquement au suffrage universel. La dictature rien que la dictature surtout lorsqu’elle est approuvée et soutenue à Tel Aviv, Washington, Bruxelles et Paris.

Tous les excès sont permis. L’armée procède à des tueries et à des massacres d’opposants civils présentés à la télé comme étant des exploits de cette armée « glorieuse » et des victoires contre ce qu’ils appellent « le terrorisme ». Toutes ces télés satellitaires de la honte et de la décadence culturelle qui ont envahis le monde arabe, financées par l’argent du peuple saoudien miséreux et opprimé, fêtent cette année en grande pompe le 44ème anniversaire des victoires contre l’ennemie. Il n’y a pas un seul égyptien et encore moins un arabe qui se rappelle de telles « victoires » contre l’envahisseur israélien.

Résultat de recherche d'images pour "‫دعاء صلاح‬‎"

Sur une de ces télés  qu’un avocat , maître Nabih Al Wahsh déclare:! « Agresser sexuellement une femme qui se promène avec un pantalon déchiré laissant apparaître ses cuisses ou ses fesses est un devoir national ! Et son viol, un devoir communautaire ! »

Il n’a pas risqué de poursuites et encore moins de la prison comme c’est le cas d’une présentatrice télé, Doaa saalh (photo) qui a été condamnée à trois ans de prison ferme pour « outrage à la décence publique » pour avoir parlé de grossesses hors mariage dans une émission sur une chaîne du régime.

 

A propos de admin

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

*