Comme on pouvait s’y attendre les Etats-Unis ont rapidement désigné Iran responsable de cette attaque, sans même qu’une enquête indépendante soit commencé, ainsi que de celle d’un autre pétrolier, norvégien, survenue au même moment. De son côte Téhéran a répliqué que ces conclusions étaient « sans fondement », accusant Washington de « sabotage diplomatique ».

Les deux bateaux ont été ciblés dans un passage maritime stratégique mondial, ce qui a immédiatement fait grimper les prix du pétrole. La tension était déjà forte depuis de précédentes attaques, il y un mois quasiment jour pour jour, contre quatre navires au large des Emirats arabes unis, acte pour lequel Téhéran avait déjà été montré du doigt par Washington.

Depuis que Washington, Trump, a claqué la porte il y a un an de l’accord international de 2015 sur le nucléaire iranien, tente d’intimider les Iraniens tantôt par des sanctions économiques, tantôt par la mise en jour de la fameuse liste noire de « terroristes » on y ajoutant les Gardiens de la révolution et récemment, début mai, par les déploiements militaires au Moyen-Orient, accusant le régime iranien de préparer des attaques « imminentes » contre des intérêts américains.

Source AFP.