lundi , septembre 24 2018
Dernières Nouvelles
Vous êtes ici: Accueil / Actualités / Le Maroc: les limogeages se poursuivent
Le Maroc: les limogeages se poursuivent

Le Maroc: les limogeages se poursuivent

Les mouvements de contestation qui secouent la classe dirigeante au Maroc, depuis octobre 2016, continuent à faire des victimes, cette fois-ci au sein de l’exécutif. Une dizaine de ministres étaient soit limogés ou blacklistés par le roi, le mois dernier, suite à un rapport de la cour des comptes commandé sous pression du Mouvement du nord « Hirak » qui dénonce les dysfonctionnements de l’état et la corruption qui caractérise les pratiques de l’administration et d’hommes politiques.

La presse annonce le limogeage de 14 autres hauts responsables, dont le secrétariat général du ministère de l’Habitat, la SG du Tourisme Nada Roudiès et le patron de l’Agence du développement du Nord. D’autres ministères comme la Santé, la Culture et l’Education sont concernés par cette purge, qui a pour but de calmer les mouvements de contestation dans le pays; au nord à Al-Hoceima, mais aussi dans le sud à Zagoura, qui a vu apparaître ce que la presse a appelé  « la révolution de la soif ».

Les limogeages interviennent pour confirmer la responsabilité de l’exécutif dans la crise du Rif, région du nord, qui manifeste inlassablement contre la précarité et l’exclusion depuis plus d’un an.
Cette aveu n’a pas pour autant mis fin au calvaire des familles de plus de 400 prisonniers, selon certaines sources, toujours détenus dans différentes prisons du pays suite aux manifestations, dont certains se sont lancés dans des grèves de la faim pour dénoncer les conditions de leur incarcération.
Les autorités sécuritaires et leur presse, dont les télés publiques qui viennent d’être rappelées à l’ordre par la haute autorité HACA, ont tenté en vain d’accuser le mouvement d’opposition à la monarchie, chose qui n’a pas tenu longtemps, puis comploter avec l’étranger contre la sécurité nationale, appartenance aux séparatistes du Polisario, au service des renseignements algeriens, à une organisation terroriste,..  soit les charges sont extrêmement graves mais elles n’ont guère intimidé la population qui continue à dénoncer la répression et la marginalisation dont elle est victime.
L’état central vient d’admettre par ces purges que les manifestations, dont la dernière vient de se tenir dans plusieurs villes du  nord pour commémorer le premier anniversaire du mouvement Hirak, sont pacifiques et légitimes et que les participants dont beaucoup de femmes n’ont fait qu’exercer leur droit constitutionnel.
Tous les démocrates du pays dont plusieurs partis politiques (photo Med Ziane parti libéral) attendent et réclament la libération de tous ces prisonniers politiques. Ce qui ne se fera sûrement pas pour deux raisons; la contre révolution du Printemps arabe impose et les dirigeants dans certains régimes ne « se trompent jamais ».
YANASS.NET

A propos de admin

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

WP Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com