vendredi , novembre 24 2017
Dernières Nouvelles
Vous êtes ici: Accueil / Actualités / L’Arabie saoudite: le cimetière des chefs
L’Arabie saoudite: le cimetière des chefs

L’Arabie saoudite: le cimetière des chefs

L’Arabie saoudite serait-il un pays d’accueil de réfugiés!

Oui mais pas n’importe quel réfugié. De préférence riche, très riche, transportant de lingots d’or, volés, d’une valeur dépassant au moins huit chiffres en dollars américain, ayant exercé le métier d’un chef d’état. Le systèmes étatique le plus apprécié par nos émirs est la dictature absolue où les inégalités sont fleurissantes et les femmes sont cagoulées et enfermées.

On y vit comme des rois si l’on possède les moyens suffisants pour cela et libre de mouvement. Une seule condition cependant interdiction absolue de s’exprimer publiquement et d’apparaître sur les réseaux sociaux… Ben Ali de Tunisie, Mansour Hadi du Yémen ont disparu des écrans depuis leur arrivée dans le royaume de jadis.

Ali Abdellah Salah avant eux a pu « s’évader » en faisant croire aux « gardiens des temples » qu’il allait récupérer le Yémen et mener la contre révolution pour leur compte, ce qui a mis en colère le nouveau maître des lieux, le prince Mohamed Ben Abdelaziz, en ordonnant la destruction du pays depuis trois ans de guerre sans avancée aucune.

Saad Hariri, un autre chef vient d’échouer sur le sable saoudien pour y trouver refuge par crainte de ses ennemis politiques dira-t-il. Il quitte son pays en chef du gouvernement et de la majorité, pour se retrouver après une heure de vol en simple réfugié discrédité au sein de son propre camp. Même son ennemi juré de Hizboallah, qu’il accuse de projet d’assassinat, s’inquiète pour son sort et sa « détention ».

Quant aux Iraniens qui mènent aussi des contre révolutions dans la région, accusés par les saoudiens de tirer des missiles sur Riyad, répondent par la voix du ministre des affaires étrangères, Zarif :

« Les visites de Jared Kushner (gendre de Trump, americano-israélien)  et du Premier ministre libanais [en Arabie saoudite] ont mené à l’étrange démission de Hariri depuis l’étranger. Et bien sûr, c’est l’Iran qui est accusé d’ingérence ».

« Le royaume saoudien bombarde le Yémen, tuant des milliers de civils innocents parmi lesquels des nourrissons. Il est à l’origine de la propagation du choléra et de la famine et bien sûr, c’est l’Iran qui est accusé ».

A propos de admin

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

*