lundi , septembre 24 2018
Dernières Nouvelles
Vous êtes ici: Accueil / En un mot / Jérusalem n’est pas à vendre
Jérusalem n’est pas à vendre

Jérusalem n’est pas à vendre

Les bantoustans d’apartheid: On a fait croire dans le monde arabe depuis plusieurs mois que le gendre de Trump, lui même juif, allaient dès 2018 proposer aux Palestiniens un plan de paix final ambitieux. Impliqués dans cette farce deux chefs controversés et décriés chez eux, l’un est prince en Arabie et l’autre soldat au Caire. On s’attendait à un plan sérieux et acceptable en vue des séjours répétés à Riyad et les rencontres du gendre, conseiller spécial du président sur le Proche-Orient, et du prince Mohamed Ben Salmane et non à offrir Jérusalem à l’occupant et faire des territoires palestiniens des bantoustans d’apartheid.

« Les pays de merde »: Les « hommes du président » -Ben Salmane et Al Sissi- n’ont en réalité rien à offrir à leurs amis de Tel-Aviv sinon une énième Intifada et le tollé dans les rues arabo-musulmanes, où la cause était reliée au second plan depuis le Printemps arabe combattu farouchement par les dictatures et leurs commanditaires en Occident. Trump a réussi à réveiller les consciences et à créer l’unanimité autour de la question palestinienne. Ni lui ni ses amis arabes d’ailleurs ne peuvent offrir ce qu’ils ne possèdent pas. Même leur principal allié, Abbas, a dit non à ce plan foireux, « Jérusalem n’est pas à vendre », allusion au chantage américain de couper les aides aux pays qui voteraient à l’ONU contre Washington. Et d’ajouter l’US ne pourra plus jouer le rôle de médiateur dans ce conflit.

Les médias israéliens s’étaient emballés même au sujet des pressions exercées par la monarchie saoudienne sur Mahmoud Abbas, président de l’Autorité palestinienne, pour qu’il accepte de négocier un accord avec Israël sur la base du plan promu par Trump; pas de Jérusalem, pas de retour de réfugiés, pas de territoires de 67, un pseudo état, en Jordanie ou en Sinaï égyptien, ou ailleurs en Afrique comme on proposait à Israël avant de lui offrir la Palestine. Les bourreaux du général du Caire continuent, selon des enregistrements révélés par New York Times. quant à eux d’intimider des journalistes et des célébrités pour applaudir et faire vendre la décision de Trump, aux millions d’Égyptiens persécutés depuis le putsch de 2013.

Oslo était un leurre: On se rappelle du fameux traité d’Oslo qu’on nous a vendu en Europe, qui allait mettre fin au conflit et permettre la création de l’état palestinien dont la capitale est Jérusalem (est), et les pressions exercées voire les menaces de mort sur la personne du chef de l’OLP Yasser Arafat pour accepter le plan, menaces mises hélas à exécution quelques années plus tard, lorsqu’il refusa de faire taire la rue palestinienne lors de l’Intifada.

Depuis Oslo, il y a 25 ans, Israël a mené plusieurs guerres contre les palestiniens, assassiné plusieurs leaders dont Aarafat, continue à construire de nouvelles implantations dans les territoires occupés, qui abritent plus de 500.000 colons, dont plus de la moitié à Jérusalem-est, soit environ 8% de la population juive d’Israël.

Israël que dirigent l’extrême droite et les intégristes religieux animés par l’idéologie sioniste n’a pas l’intention de cohabiter, ni de respecter les accords signés ni les résolutions de l’ONU, dont le premier ministre qualifie dernièrement de chiffon. Ses extrémistes rêvent du grand Israël sur les territoires des autres, et emploient la manière forte; la guerre, la répression contre des enfants qu’ils chassent sur les plages comme des lapins, torturent, assassinent froidement et publiquement au nom de la lutte contre ce qu’ils appellent le terrorisme. Le terrorisme d’état est davantage condamnable et dangereux. Ahed Tamimi, 17 ans depuis janvier 2018 (photo), est une icône à travers le monde. Emprisonnée par le Tsahal depuis décembre pour son audace, (avoir giflé un soldat), son effronterie, son insolence à l’encontre de l’occupant. Décorée en 2014 par Erdogan et reçue au Parlement européen en septembre dernier. La répression est la règle. L’armée assassine publiquement des manifestants peu importe leur âge. La censure est de mise; des chaînes télés destinées aux Arabes de 48 -1.500.000 israéliens- sont interdites. Des milliers de profils de réseaux sociaux, notamment de Facebook, hostiles à l’occupation sont fermés. Au même moment on recense 22 milles profils juifs rien que sur Facebook qui prônent la violence, la haine et la mort aux palestiniens. Mais là Facebook s’accommode étant donné qu’aucun « pays de merde » ne menace Mark Zuckerberg de fermer sa boutique dans son pays comme le fait l’Apartheid.

La violence engendra impérativement la violence. D’autres blondes comme Ahed, des milliers voire des millions, aux yeux verts et sans foulard, demanderont tôt ou tard des comptes au colonisateur et à ceux qui le soutiennent.

A propos de Ya Yanass

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

WP Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com