mardi , décembre 18 2018
Dernières Nouvelles
Vous êtes ici: Accueil / Actualités / Hausse des prix du diesel: un racket fiscal
Hausse des prix du diesel: un racket fiscal

Hausse des prix du diesel: un racket fiscal

Une mise au point, postée par un ingénieur au poste selon lui chez la multinationale française Total, qui renforce le doute autour de la hausse surprenante du diesel. Une hausse qui met le feu au poudre sociale en Belgique et en France par l’arrivée des Gilets jaunes et au Maroc par les grèves répétitives des transporteurs et des taxis. En Belgique un grand distributeur Cora vient de réduire ses prix à 1,35 euro le litre, pour lever le blocus autour de ses enseignes.

L’ingénieur de Total s’interroge: « Je me demandais bien d’où venait cet acharnement du gouvernement, relayé par les journalistes, pour supprimer les voitures alimentées au diesel alors que les analyses prouvent qu’elles ne polluent pas plus, sinon moins, que les voitures à essence… »

« Je me doutais qu’il y avait « anguille sous roche » mais je me demandais bien où était l’intérêt de cette obstination et de cette ténacité à éliminer de toute urgence tous les véhicules au diesel !

« il faut éliminer le diesel, dangereux pour la santé parce qu’il émet des particules fines ».
Archi-faux ! C’était peut-être vrai, voici quelques années mais les diesels actuels sont équipés de filtres qui piègent ces particules fines à hauteur de 99,9 %, c’est-à-dire qu’ils n’en rejettent quasiment plus du tout. »

L’ingénieur donne l’exemple en France:

 » Prenons deux automobilistes parcourant 15000 km par an.
– L’un possède un véhicule essence, consommation 8,5 litres aux 100 km.
– L’autre possède le même modèle du même constructeur équipé d’un moteur diesel, équivalent en puissance, consommation 5,8 litres aux 100 km.
1er cas :consommation annuelle : 1 275 litres, taxés à 0,86 EUR = 1096,50€.
2e cas : consommation annuelle : 870 litres, taxés à 0,66 EUR = 574,20€.
Soit 522,30€ de différence.
Avec un parc automobile de 38 millions de véhicules, il est facile de conclure que la disparition programmée du diesel représentant environ 60% des motorisations actuelles, permettrait à terme, un « racket fiscal » supplémentaire de plus de 11 milliards d’euros par an.
Il ne faut pas chercher ailleurs la véritable raison de la volonté gouvernementale de tuer le moteur à gazole. »

A propos de Ya Yanass

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

WP Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com