dimanche , mars 24 2019
Dernières Nouvelles
Vous êtes ici: Accueil / Actualités / Gilets Jaunes: la République des procureurs
Gilets Jaunes: la République des procureurs

Gilets Jaunes: la République des procureurs

Macron et sa majorité, empêtrés dans une crise sans précédent face à la révolte sociale, utilisent les procureurs de la république pour intimider et finir avec le mouvement. Ces derniers ne ménagent pas leurs efforts, condamnant à tort et à travers les sympathisants du mouvement des Gilets Jaunes qui paralysent la vie économique et politique depuis plus de trois mois.

Eric Drouet, père de famille de 33 ans, l’un des initiateurs de la première mobilisation nationale des « gilets jaunes » le 17 novembre, créant l’événement Facebook Blocage national contre la hausse des carburants, qui se défend d’être un leader des « gilets jaunes », mais ses prises de parole pèsent dans la contestation, comparait ce 15 février devant la justice, qui requiert contre lui un mois de prison avec sursis et 500 euros d’amende, pour délit d’ « organisation de manifestations sans déclaration préalable ». « Evidemment les revendications sont pacifiques. (…) Mais s’inscrire en dehors du cadre légal ne permet pas de mettre en place les conditions qui permettent d’éviter les débordements », a déclaré le procureur adjoint de Paris Olivier Christen.

Son interpellation le 2 janvier avait provoqué l’indignation de responsables politiques. « Abus de pouvoir. Une police politique cible et harcèle désormais les animateurs du mouvement des gilets jaunes », avait tweeté Jean-Luc Mélenchon. Hervé Morin, le président des centristes, a taxé le gouvernement d’« amateurisme » et l’a appelé à « sortir de l’arrogance et du mépris » vis-à-vis des « gilets jaunes ».

En plus d’une justice politique, selon certains Gilets Jaunes, le gouvernement, veut aller plus loin en instaurant des nouvelles lois pour contrer les manifestations populaires non décidées par les corporations syndicales.  Une loi « anticasseurs » prévoyant notamment des interdictions administratives de manifester.

Ce n’est pas pour autant fini pour Eric Drouet. Il sera par ailleurs jugé le 5 juin pour port d’arme prohibé, en l’espèce un bâton, lors de la manifestation du 22 décembre.

 

 

A propos de Ya Yanass

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

WP Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com