vendredi , novembre 24 2017
Dernières Nouvelles
Vous êtes ici: Accueil / Actualités / Émeutes à Bruxelles: la police est mise en cause
Émeutes à  Bruxelles: la police est mise en cause

Émeutes à Bruxelles: la police est mise en cause

La police est mise en cause:
L’intervention de la police était agressive et disproportionnée selon plusieurs témoins. RTLinfo, qu’on ne peut soupçonner de connivence avec ces jeunes, a publié des témoignages selon lesquels les forces de l’ordre ont fait de la provoc.  « L’ambiance était bon enfant. La police a démarré sa charge et une autopompe a commencé ses jets d’eaux alors que tout se passait bien. La police a été menaçante dès le départ. Je trouve inadmissible de jouer la provocation », raconte Amelie.

div class= »android shown »>Un autre temoin, pompier, raconte: « Je travaille chez les pompiers, j’étais sur place, la police a déconné. Il y avait une bonne ambiance et la police a chargé les gamins et ça a dégénéré ».

Des critiques émergent aussi au sujet de l’intervention de la police. Elles portent notamment sur la lenteur d’intervention des forces de l’ordre et émanent notamment de commerçants pillés. « Nous en tiendrons compte dans l’évaluation que nous ferons sur ces faits », indique Olivier Slosse, porte-parole de la zone de police de Bruxelles-Capitale Ixelles. « Il s’agit de questions et de préoccupations légitimes auxquelles nous ne voulons pas rester sourds ». La police indiqué: « Nous avons été surpris par l’intensité et la rapidité avec laquelle certains auteurs ont pillé des commerces ».

Le Mouvement contre le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie (MRAX) a même fait appel aux témoins: «Suite aux troubles à l’ordre public de la police hier soir à la Bourse, il est important que toutes les personnes présentes qui ont filmé des provocations de la police partagent leurs vidéos auprès d’associations luttant contre l’oppression policière».

Témoin d’une scène de provocation policière:

Depuis les attentats certains corps de police ne semblent pas faire dans le détail. L’autre dimanche, un groupe de policiers, arrivé en voitures banalisées, fait une descente dans un café de la chaussée de Gand, sur le territoire de Molenbeek. Ils fouillent cinq à six personnes se trouvant en terrasse et arrêtent deux suspects. Un policier en civile, qui semble être le chef du groupe, fait irruption à l’intérieur du café reprochant aux clients la présence de dealers.

La police quitte les lieux et y revient moins de dix minutes plus tard pour y arrêter un autre suspect. Au moment où un agent, se comportant lui en gentleman, procède à la fouille d’un suspect, le chef en question d’une forte corpulence, se jette sur un autre client, coup de poing sur la figure, et lui criant à haute voix.

Il met son pieds à travers l’épaule du suspect le bloquant contre la vitrine. Drôle de manoeuvre!  Le suspect calme, toujours assis, n’a à aucun moment réagit aux pratiques violentes et humiliantes du policier. Toujours devant nous, le suspect a été scrupuleusement fouillé et la police n’a trouvé dans ses poches qu’un portable et rien d’autres. Il a été cependant arrêté.

On ne connaît pas la raison d’une telle brutalité policière en plein public et dans un quartier considérée chaud par la même police. Est ce une provocation se demande le public présent!

YANASS.NET

 

A propos de admin

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

*