jeudi , janvier 17 2019
Dernières Nouvelles
Vous êtes ici: Accueil / En un mot / Des régimes en péril!
Des régimes en péril!

Des régimes en péril!

L’ère des révolutions: Les révolutions sont comme les tremblements de terre, imprévisibles. Les sismologues et les politiques demeurent incapables de prédire ce genre de séismes. Ils subviennent partout et à tout moment. Les révolutions ne frappent pas que les régimes totalitaires où la riposte des pouvoirs en place n’est que sanglante comme au Soudan actuellement, en Égypte, en Russie de Poutine, qui s’accapare avec violence des républiques hostiles à son pouvoir absolu, un exercice qui applique avec succès pour sauver un autre dictateur en Syrie. 
La révolution des afro-américains en 65 et celle des soixante-huitards en France, qui a fait tomber le premier président de la Vème République, le général de Gaulle, ont incarné des changements tel que la fin de la ségrégation aux États-Unis.
Le mouvement des gilets jaunes en France, en Belgique et au Portugal.. est marqué par des arrestations massives et arbitraires pour seul délit la participation aux manifestations. Pour sauver sa peau le gouvernement de Paris organise des procès expéditifs, dignes des tribunaux égyptiens face à la révolution du 25 janvier. L’appareil judiciaire qu’on connaît lent et « sans moyens » se métamorphose subitement rendant des jugements motivés plus par le politique que par des faits et preuves. Une approche sécuritaire qui amplifie davantage le ras le bol populaire et légitime la lutte des gilets jaunes, qui ont obtenu en quelques semaines ce que les syndicats et les partis politiques réunis, payés par le contribuable, n’ont obtenu en plusieurs décennies.
Pas de chèque en blanc: Voter pour un politique n’est plus un chèque en blanc qui lui confère tous les pouvoirs; s’accorder des privilèges, des caisses noires, en prime de gros salaires, recourir aux taxes pour s’enrichir davantage, légiférer des lois qui vont parfois à l’encontre du citoyen, notamment en matière des libertés individuelles, mener des guerres sous prétexte de lutter contre le terrorisme affamant ainsi des millions de gens et provocant l’arrivée massive de réfugiés, que ce même politique accusera plus tard de vouloir islamiser l’Occident.
Que peut-on retenir de nos célèbres hommes et femmes politiques à part la hausse des taxes et les affaires! Rien..
L’arrivée au pouvoir des nationalistes, des religieux et de l’extrême droite en Europe, au Brésil et aux États-Unis sont aussi d’une certaine manière des révolutions silencieuses qui façonneront sans doute de nouveaux paysages politiques.
Les régimes qui n’évoluent pas sont appelés à disparaître. C’est le cas des partis politiques et des syndicats qui constituent la colonne vertébrale des régimes dits démocratiques qui ne répondent plus au modèle sociétale qu’exige le citoyen connecté d’aujourd’hui.
L’arnaque « démocratique »: Partout où les travailleurs sont consultés directement par les entreprises ont désavoué les syndicats. En France, les partis représentent 1% de la population adulte, les syndicats 5% des salariés dans le secteur privé, soit environ 1.200.000. Ce que Priscillia Ludosky a obtenu seule en quelques semaines comme signataires de sa pétition pour « une baisse des prix à la pompe ». La pétition accusant l’état français d’inaction en matière climatique, de son côté, atteint les deux millions de signataires, plus de huit fois le nombre d’adhérents du parti du président Macron (LREM 380.000 adhérents). Jamais les syndicats et encore moins les partis n’ont réclamé de telles baisses.
Le parti du premier ministre Michel qui dirige la Belgique revendique quant à lui à peine 35000 adhérents. Le pays où les syndicats chrétiens, socialistes, libérales -duplicatats des partis politiques en place et au pouvoir parfois pendant des décennies-, sont imposés par l’Exécutif, qui leur octroi des moyens et du pouvoir. Ils gèrent en toute opacité des dizaines de millions d’euros, ou plus, dont ils sont totalement exemptés de déclarations fiscales comme c’est l’obligatoire pour le petit artisan qui est imposé 36 fois plus que ces multinationales qui poluent notre air, laissé à ce même contribuable l’obligation d’en payer le prix par les hausses répétitives des énergies y compris nucléaires, sous prétexte que telle ou telle centrale est en panne.
Seul objectif est de pomper davanatge dans nos poches.

A propos de Ya Yanass

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

WP Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com