mercredi , mai 22 2019
Dernières Nouvelles
Vous êtes ici: Accueil / Art & culture / Des mouchards dans nos poches
Des mouchards dans nos poches

Des mouchards dans nos poches

La grand-messe des hackers qui s’est tenue en décembre à Leipzig (Allemagne), où des experts présentaient leurs travaux notamment sur la protection de la vie privée des utilisateurs d’internet, tirent la sonnette d’alarme, et ce n’est pas la première fois.

Deux chercheurs de l’ONG Privacy International, Frederike Kaltheuner et Christopher Weatherhead, ont ainsi analysé 34 applications populaires.

Ils ont découvert que plus 50% d’entre elles transmettaient des informations au fameux réseau social Facebook, souvent pointé du doigt pour la divulgation et la vente des données privées de ses utilisateurs. Données transmises dès l’ouverture du programme, à l’insu de l’usager. « Il est crucial de se rappeler que cela arrive que vous soyez ou non un utilisateur de Facebook » a martelé M. Weatherhead.

Des mouchards cachés dans vos applications qui communiquent le nom du programme qui vient d’être lancé, modèle et nom du téléphone, la langue sélectionnée…). Elles peuvent cependant permettre à Facebook de savoir quelles applications sont installées et ouvertes.

L’ONG donne l’exemple d’un utilisateur qui aurait téléchargé Indeed (entreprise spécialisée dans la recherche d’emploi), Qibla Connect (prières musulmanes) et Period Tracker Clue (suivi des règles). Toutes ces applications envoient des données à Facebook, et il est possible, par leur seule présence sur un téléphone et selon Privacy International, de déterminer que l’usager est une femme musulmane à la recherche d’un emploi. Or, les informations relatives à la religion sont particulièrement protégées par le droit européen sur les données personnelles.

Par ailleurs, écrit l’ONG, « les applications qui transmettent automatiquement des données à Facebook les accompagnent de l’identifiant publicitaire de Google », une suite de caractère assignée de manière unique à tout usager d’un téléphone Android. Cet identifiant permet ensuite aux « publicitaires de lier les données issues d’applications différentes et de navigation Web dans un seul et unique profil ».

En outre, « certaines applications envoient à Facebook des données incroyablement détaillées » a expliqué M. Weatherhead. Et ce toujours indépendamment de la possession – ou non – par l’utilisateur d’un compte Facebook. C’est le cas, écrit l’ONG, de l’application de voyage Kayak qui envoie au réseau social toutes les recherches faites par l’usager à l’intérieur de ce programme et le détail de ses voyages.

Les chercheurs ont techniquement prouvé que ces données étaient envoyées à Facebook. Mais ils le reconnaissent eux-mêmes : « Sans davantage de transparence de la part de Facebook, il est impossible de savoir comment les données que nous décrivons sont utilisées. »

A propos de Ya Yanass

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

WP Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com