Pire encore, il a déjà été demandé à l’employé de Veviba de modifier les étiquettes sur les emballages des viandes surgelées prêtes à l’envoi. « J’enlevais les vieilles étiquettes et je remettais les nouvelles. On prolongeait la viande d’un an. Il fallait que l’on enlève la date de consommation et la date limite de consommation, on essayait d’arracher ça.«