mardi , décembre 18 2018
Dernières Nouvelles
Vous êtes ici: Accueil / Actualités / Belgique: ces extrémistes qui nous gouvernent
Belgique: ces extrémistes qui nous gouvernent

Belgique: ces extrémistes qui nous gouvernent

La presse belge condamne la position du parti qui dirige la coalition gouvernementale, N-VA, sur le Pacte de la migration de l’ONU. Un parti dont l’inspiration de l’idéologie de l’extrême droite flamande incarnée par le Vlams Belang, n’est plus un secret, mais est devenue une « fierté » en tout cas pour son secrétaire d’état à l’asile, le controversé Theo Francken.

Comme pour affirmer ses positions racistes et xénophobes à l’égard des étrangers en particulier les musulmans, le parti est allé plus loin en faisant de l’apologie de la haine sur son site officiel, avant de faire marche arrière face à la tollé générale.

« La N-VA a publié des images dignes des pires heures de notre histoire » titre La libre. Les journaux de Sudpresse rappellent que la N-VA a « franchi la ligne rouge de la démocratie » avec sa campagne. « Pendant quelques heures elle a publié sur Internet des images immondes, dignes des pires heures de notre histoire, sur le Pacte des migrants », ajoute-t-il. A ses yeux, le « Vlaams Blok (prédécesseur du Vlaams Belang, condamné pour racisme; ndlr) a officiellement réussi à faire son entrée au gouvernement sous les oripeaux de la N-VA ».

LEcho juge que la N-VA a définitivement abîmé « ses relations avec le seul parti francophone qui semblait pouvoir collaborer avec elle ». « En diffusant ces images illustrant le refus catégorique du parti d’approuver ce fameux pacte migratoire, la N-VA dynamitait du même coup le rendez-vous qui devait permettre une sortie de crise, écornant au passage l’image de parti responsable et gestionnaire qu’elle doit également soigner si elle veut demeurer première en Flandre », analyse-t-il.

Poir l’Avenir, le gouvernement fédéral « n’est plus en sursis », mais en « état de mort cérébrale ». « En utilisant un discours proche de celui du Vlaams Belang, la N-VA a décidé de lancer avant les fêtes sa campagne où elle espère reprendre les voix égarées en Flandre du côté de l’extrême droite, en adoptant un discours nationaliste et identitaire, plus porteur qu’un discours qui défendrait le bilan socio-économique de son gouvernement. À moins que De Wever ne sorte un lapin de son chapeau, la N-VA met donc virtuellement fin à la coalition suédoise », pointe-t-il.

Le journal Morgen estime que l’ombre du Vlaams Belang plane de plus en plus sur la N-VA depuis les dernières élections communales. « Aujourd’hui, nous voyons à nouveau comment un petit acteur veut imposer une plus grande volonté. Seule la N-VA est devenue le chien attirée par sa queue: le Vlaams Belang. (…) Cette conclusion est également douloureuse pour le noyau classique de la N-VA, qui représente un nationalisme ferme mais démocratique.

A propos de Ya Yanass

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

WP Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com